Église de Chamula, Chiapas, Mexique

Chiapas | San Juan Chamula, l’irréelle

San Juan Chamula est située à une dizaine de kilomètres de San Cristobal – mais comptez un peu moins de 30min de voiture pour y aller. Possibilité de prendre un collectivo pour quelques pesos. Il y en a tout le temps. 

Chamula est une ville peuplée par les Tzotzils. Ce sont eux qui la gèrent avec leurs propres règles et coutumes. Dès qu’on y arrive, on voit la population habillée de façon traditionnelle. Les femmes portent toutes une longue jupe noire en laine de mouton. L’ambiance dans la ville est particulière. Chamula est très différente de San Cris, c’est le moins qu’on puisse dire! 

Pourquoi aller à Chamula? Pour plonger dans un monde parallèle…L’attraction de cette ville est son église avec les pratiques incroyables de ses habitants. Ceux qui recherchent du dépaysement seront servis! Mais il faut avoir le cœur accroché ! 

J’avais lu au préalable sur des blogs ce qu’il se passait dans cette église. Mais ce que je n’avais pas anticipé, c’est l’atmosphère lourde et déroutante dès lors qu’on y pénètre. Mais que se passe-t-il? 

Pour y accéder, il faut payer un droit d’entrée de 30 pesos (env. 1,50€).

Une fois la visite terminée, n’hésitez à prendre la direction d’un autre village tzotzil, à 10 minutes en voiture : Zinacantan.

L’ATMOSPHÈRE PARTICULIÈRE

Ce qui surprend à l’entrée, c’est l’ambiance pesante, froide…Les cloches ont été démontées et sont exposées les unes à côté de l’autre à l’entrée. Il fait sombre. Seules les bougies apportent de la lumière. Les bancs ont été enlevés. Des épines de pins – sacrés, paraît-il ! jonchent le sol. On peut voir un peu partout les croix vertes, typiques des tzotzils, avec des statues parfois effrayantes..! 

Je n’ai aucune photo de l’intérieur de l’église. Pourquoi? C’est tout simplement interdit. Vous risquez un petit séjour au poste de police et une très forte amende ! Il paraît que les photos volent l’âme des tzotzils…! 

LE RITE TRÈS…. »SPÉCIAL »

Les locaux y vont en famille, grands-parents, parents, enfants, lorsque l’un des leurs est malade. Leur rite est censé les guérir. Accessoires indispensables: des bougies, du Pox – alcool local (mais qui est de plus en plus remplacé par du soda…moins cher….) et….un poulet…..

Ils se trouvent une place dans l’église, par terre, au milieu des épines de pins et allument des cierges. J’ai appris que le nombre et la disposition des cierges a de l’importance. Plus il y a de cierges, plus la maladie est grande…Au niveau de la disposition, je n’ai pas trouvé la signification…

S’en suivent des prières. Mais on est très loin des prières traditionnelles…Cela ressemble plus à des incantations….avec tout le respect que j’ai pour eux….! Par moment, ils jettent du Pox sur les cierges. Pas peur d’enflammer l’édifice…! Puis en boivent (ou du soda). Cela dure des minutes interminables. 

Pendant ce temps, le pauvre poulet s’impatiente dans son sac…Il va être sacrifié…On entend ses derniers cris avant que la mama de la famille ne lui torde le cou…

Ce n’est pas fini. J’ai vu la mama de la famille prendre le poulet mort et le mettre juste au-dessus d’une partie du corps de sa fille. Je suppose que le but est de permettre au poulet “d’absorber” le mal là où il est pour l’enlever de son hôte…!

Les prières reprennent ensuite jusqu’à ce que les cierges se consument. Dans le même temps, la famille continue de boire du Pox et sodas…..pour roter…! Oui! Il paraît que cela fait sortir les mauvais esprits de notre corps! 

 

Au-delà de l’église, vous pouvez vous balader dans cette ville à l’ambiance particulière. Aller sur le marché en face de l’église puis déambulez dans les 2-3 rues adjacentes…

Avant de partir, arrêtez-vous à la sortie de la ville. Vous aurez une vue sur le cimetière un peu particulier de cette communauté tzotzile.

Partager cet article: 

Autres articles

  • All Post
  • Destination
  • Budapest

Laissez un commentaire!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *